Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Blog pédagogique d'une prof-doc
  • : J'ai créé ce blog pour diffuser mes documents et réflexions personnelles sur ce que peut être un enseignement de la culture de l'information au collège. J'utilise particulièrement la méthode du "document de collecte" et les cartes mentales.
  • Contact

Texte Libre

<a rel="license" href="http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/fr/"><img alt="Creative Commons License" style="border-width:0" src="http://i.creativecommons.org/l/by-nc-sa/2.0/fr/88x31.png" /></a><br /><span xmlns:dc="http://purl.org/dc/elements/1.1/" href="http://purl.org/dc/dcmitype/StillImage" property="dc:title" rel="dc:type">Mes docs de doc</span> by <a xmlns:cc="http://creativecommons.org/ns#" href="cdibrassac@voila.fr" property="cc:attributionName" rel="cc:attributionURL">Mes docs de doc</a> est mis &#224; disposition selon les termes de la <a rel="license" href="http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/fr/">licence Creative Commons Paternit&#233;-Pas d'Utilisation Commerciale-Partage des Conditions Initiales &#224; l'Identique 2.0 France</a>.<br />Bas&#233;(e) sur une oeuvre &#224;<br />Les autorisations au-del&#224; du champ de cette licence peuvent &#234;tre obtenues &#224; <a xmlns:cc="http://creativecommons.org/ns#" href="http://mesdocsdedoc.over-blog.com/" rel="cc:morePermissions">http://mesdocsdedoc.over-blog.com/</a>.

Recherche

27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 11:57

Ou comment faire pour que les connaissances acquises soient réinvesties en situation de recherche ?

 

Voilà longtemps déjà que je garde sous le coude les travaux de Fréderic Rabat sur Google en me disant « Un jour, c’est sûr, je m’y mets… »

Ce trimestre c’est décidé, je me lance. Mon collègue de Technologie, toujours partant ;-), est d’accord pour une séquence en 4ème.

Parallèlement, je suis en train de lire le livre « Comment concevoir un enseignement » de André Tricot, Manuel Musial et Fabienne Pradère. Et j’ai eu envie, pour voir, d’appliquer la méthode proposée et de planifier mon enseignement.


J’ai déjà mené l’exercice a posteriori de dresser la liste et catégoriser les connaissances que j’avais voulu enseigner, notamment sur l’identité numérique et le document de collecte. Cette fois-ci, j’ai envie de faire le travail en amont.

Je vais donc présenter ma réflexion sur une séquence pas encore faite. Dans quelques semaines, j’écrirai  un autre billet avec mes fiches support et mon bilan.

 

Première question que je me pose : quelles connaissances est-ce je veux que les élèves acquièrent ?

 

Je reprends le classement d’André Tricot des six formes de connaissances possibles

Connaissances procédurales (savoir-faire) : niveau 1 : automatisme / niveau 2 : savoir faire lié à l’exercice / niveau 3 : méthode transférable

Connaissances déclaratives (savoirs) : niveau 1 : mémorisation par cœur / niveau 2 : compréhension / niveau 3 : concept

 

Ce qui me vient à l’esprit, tout de suite, ce sont des connaissances déclaratives de compréhension.

Je veux que les élèves comprennent que le moteur de recherche Google n’est pas un outil « magique ». Cela passe par les compréhensions suivantes :

 

  • L’entreprise Google a une histoire, une réalité physique concrète (les serveurs où sont enregistrées les donnés) et un vrai poids économique.
  • Le moteur de recherche utilise une technologie précise pour indexer les pages web
  • Le moteur de recherche utilise un algorithme qui détermine le classement des sites dans les pages de résultats
  • Par ce classement des résultats, Google guide et détermine notre accès à l’information, ce qui limite notre liberté de choix
  • L’entreprise aujourd’hui gagne de plus en plus de terrain dans le stockage de données et entreprend le stockage de données liées aux activités des internautes

 

 

Ensuite, comme toujours, en toile de fond, me viennent à l’esprit les connaissances déclaratives de niveau 3 : les concepts que nous allons aborder : moteur de recherche, indexation, page web, source.

 

Mais ce qui est sûr, c’est que je ne veux pas que cette séquence soit trop décrochée d’apprentissages en matière de recherche d’information. Ce que je ne veux pas rater, c’est le réinvestissement des connaissances en situation de recherche.

 

Je veux donc aboutir à des savoir-faire. Lesquels ?

 

Je veux aboutir à la mise en place d’une méthode transférable, quelque soit la situation de recherche : savoir lire une page de résultats de moteur de recherche et savoir la critiquer. Cela passe par :

Une critique du classement

Une identification rapide des sources et du type de contenu

La perception des éléments de guidage imposé

L’incitation à utiliser d’autres moteurs de recherche

Je me demande même si je ne cherche pas à développer chez les élèves des automatismes. Je crois que les automatismes me permettent personnellement de faire ma sélection dans une page de résultats. Qui publie ce site ? Pourquoi sort-il à cette place ? Et si j’allais voir en page 2 ? Voilà des questions que je me pose systématiquement, sans même en avoir conscience. Est-ce que ce ne sont pas des automatismes ?

 

Cette réflexion est assez dérangeante pour moi parce que j’ai l’habitude inverse de partir d’une activité concrète utilisant des savoirs faire pour déboucher sur l’enseignement d’un savoir.

Et là je me retrouve à m’appuyer sur des savoirs pour développer des savoirs faire et même peut être carrément des automatismes.

J’avoue que cela me perturbe.

Mais j’accepte pour avancer et voir ce que cela donne.

 

Mon enseignement aura donc cet objectif : si je veux que le travail sur Google soit réinvesti concrètement par les élèves, je dois m’assurer qu’il va y avoir transformation d’un savoir déclaratif en savoir procédural. Les élèves vont devoir comprendre la situation avant d’apprendre à agir dessus.

 

Quelle planification ?

De cette idée, découle ma planification. Elle comprend six étapes réparties sur deux heures en salle de classe avec vidéoprojecteur et des recherches à faire à la maison (ou au CDI).

 

Etape 1 : A partir d’un questionnaire, les élèves mènent à la maison une recherche d’informations sur l’entreprise Google (dates, chiffres économiques, services développés, etc.). Les réponses sont corrigées en classe (préparation d’un diaporama pour présenter d’autres moteurs, des images des serveurs de Google, etc.)

 

Etape 2 : En classe : formulation d’hypothèses sur la question : comment fonctionne Google ? Mise en commun, discussion, validation ou non par les enseignants.

 

Etape 3 : En classe : formulation d ‘hypothèses sur la question : comment Google classe-t-il les sites ? Recherche à faire à la maison : à partir de mots donnés, remplir un tableau d’analyse de la première page de résultats. En classe, comparaison des résultats trouvés et validation ou réfutation des hypothèses de départ.

 

Etape 4 : Institutionnalisation du savoir : en classe lecture collective de la fiche qui présente le fonctionnement de Google.

 

Etape 5 : Evaluation de la compréhension : on fait des recherches aléatoires au vidéoprojecteur et on essaie de comprendre pourquoi les sites sont « sortis » et pourquoi ils sont classés ainsi. Tentative de développement d’automatismes (classement site d’information / site commercial, site personnel / site collaboratif etc.) permettant une première lecture sélective des résultats.

 

Voilà ma planification est terminée, mes fiches et mon diapo le seront bientôt. Y’a plus qu’à !

 

Pour conclure ce long billet, je souhaite citer un extrait du livre dont je viens de tirer toute cette démarche, à savoir « Comment concevoir un enseignement » de Tricot, Musial et Pradère, page 209.

Il y est question de la transformation d’un savoir déclaratif en savoirs procéduraux. Il est écrit que cette approche « est régie par le principe suivant : la compréhension de l’objet fonde la compréhension de l’action sur cet objet. »

« Le régulation de l’action sur un objet peut se faire grâce à la compréhension de cet objet […]. La connaissance déclarative (théorie) n’est certes pas indispensable à l’application de l’action sur cet objet (la méthode) mais elle permet assurément d’agir en compréhension, de réguler de façon plus autonome. »

Partager cet article

Repost 0
Published by Documentaliste - dans Culture de l'information
commenter cet article

commentaires

Godefroy Odile 08/07/2012 16:58

Bravo et merci, je cherche aussi depuis 2 ans à me lancer, ça me donne du courage, et le cours F Rabat est très utile aussi.