Jeudi 6 décembre 2012 4 06 /12 /Déc /2012 17:52

Notre travail collaboratif sur l'architecture de l'information en CDI a suscité pas mal d'intérêt, il me suffit de voir les statistiques en augmentation de ce blog.

Il a suscité des critiques aussi...

Méritées ? Non méritées ?

Je ne suis pas sûre que cette question soit la bonne.

Je ne pense pas avoir à prouver sur ce blog que je considère mon travail à part entière comme celui d'une enseignante. Mais il est important de redire que nos schémas visent à décrire seulement les activités numériques du prof-doc, non le métier dans sa totalité. Je précise par ailleurs que nous n'avons jamais cherché à imposer une pensée : nous faisons simplement part d'une réflexion collective en construction.

 

Le terme d'architecture n'est pas bon ? Trouvons-en un autre...

Se recentrer plus sur la notion de document ? Tentons le.

Tout est ouvert, on ne s'interdit rien.

Ce que par contre je trouverais inacceptable serait que, à cause du risque potentiel de récupération ou de déformation de notre pensée, nous ne puissions pas nous autoriser publiquement une réflexion collective, qui comme toute démarche de recherche, comporterait une marge d'erreur.

Ou alors la réflexion n'est-elle possible que dans les milieux autorisés ?

Voilà qui fait froid dans le dos...

J'ai ouvert ce blog il y a quatre ans pour partager mes documents, mais il est petit à petit devenu pour moi une véritable aide à la construction de mon enseignement. Je remercie aujourd'hui du fond du coeur tous ceux qui m'ont aidée sur ce chemin.

Ce blog, ce fut une expérience extraordinaire, d'une richesse inouïe, tant sur un plan intellectuel que relationnel.

Je vous invite tous, à votre tour, à publier, sans crainte de l'erreur. L'erreur nous aide à avancer. Inventons ensemble dans le quotidien de nos CDI et partageons nos expériences, encore et encore.

J'invite les collègues qui de temps en temps m'écrivent à la plus grande bienveillance envers leur propre travail. Nous proposons à nos élèves des activités qui font appel à des savoirs et des savoir-faire issus des sciences de l'information, de l'éducation aux médias et de la technologie dans des activités de lecture/écriture. Peut on trouver plus complexe ? Faut-il s'étonner que nos petits sixièmes n'y arrivent pas tout de suite ?

Regardons la richesse de ce que nous leur apprenons et partant du peu qu'ils savent au départ plutôt que de toujours regarder l'écart avec nos ambitions... Soyons bienveillants avec nous-mêmes.

 

Pour ma part, sur ce dernier billet, je vous laisse. Je ferme ce blog, mon fidèle compagnon pendant quatre ans... Et j'en profite pour partir sur de nouveaux projets ! Plus que jamais je compte mettre mon énergie à la création d'une véritable zone de partage, la recherche d'un consenssus dans notre profession autour des valeurs qui nous unissent et qui nous sont essentielles.

 

Merci à tous, lecteurs fidèles et lecteurs de passage, au plaisir de vous croiser un jour ailleurs ;-)...

Par Documentaliste
Ecrire un commentaire - Voir les 16 commentaires
Dimanche 2 décembre 2012 7 02 /12 /Déc /2012 18:34

Je publie le schéma auquel je suis arrivée et qui me satisfait mieux que ceux que j'avais fais avant.

J'aime bien le prof doc au centre qui établit un plan de formation en choisissant ses outils : c'est donc la formation qui fait l'unité de l'utilisation de tous les outils. Les flèches sortent du cercle car ce que nous publions sort de l'espace de notre établissement et se trouve à la disposition potentielle de personnes dont nous n'avons pas en charge la formation.

Les documents à destination des profs font partie de la formation des élèves puisqu'ils vont soutenir les collègues dans leur enseignement.

L'incitation à la lecture et l'ouverture culturelle font pleinement partie de la formation à la culture de l'information.

Bien sûr ce schéma ne porte que sur l'activité du prof doc en lien avec le numérique. Il laisse nécéssairement de coté d'autres activités non liées au numérique.

 

archi-info2-copie-1.jpg

Pour voir les différents schémas et le travail collaboratif mené sur ce sujet, vous avez toujours le pinterest

Architecture de l'information au CDI : Ecosystème de veille et présence numérique des CDI

Par Documentaliste - Publié dans : Mettre des ressources à disposition
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 30 novembre 2012 5 30 /11 /Nov /2012 07:13

Un petit billet supplémentaire pour remercier Pauline, qui dans son commentaire m'a gentiment signalé que je me mélangeais les pinceaux entre LU et SU. Toutes mes excuses pour les multiples erreurs du billet de mercredi, sans doute écrit trop vite ou trop dans l'excitation ! Ou à un moment de compréhension encore incomplète...

J'ai rectifié le billet mais si vous remarquez des erreurs, merci beaucoup de me le dire.

Depuis nous avons remplacé sur nos schémas dans chaque "espace" du CDI numérique :

- Lu par "mise à disposition de l'information"

- Vu par "mise en valeur de l'information"

- Su par "partage de l'information" par une communauté

Merci encore !

Par Documentaliste - Publié dans : Mettre des ressources à disposition
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 29 novembre 2012 4 29 /11 /Nov /2012 12:28

Pour compléter le billet d'hier, je vous propose en lien un Pinterest collaboratif où sont stockées toutes nos schématisations de cette pensée à construction : de l'écosystème de veille, en passant par la présence numérique pour aboutir à l'architecture de l'information. Tout cela évolue, nous épinglons et commentons nos schémas au fur et à mesure.

Architecture de l'information au CDI : Ecosystème de veille et présence numérique des CDI

Une nouvelle utilisation de Pinterest pour nous !
Et un billet sur l'Odyssée d'Ln : De l'écosystéme informationnel du CDI à l'architecture de l'information au CDI

Par Documentaliste - Publié dans : Mettre des ressources à disposition
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 28 novembre 2012 3 28 /11 /Nov /2012 15:02

Je continue avec le billet du jour d'avancer dans ma réflexion qui comprend le premier billet avec ce même titre et celui qui a suivi sur la présence numérique du CDI...

Ma pensée s'est beaucoup enrichie des échanges avec les collègues / copines, échanges qui nous ont une fois de plus fait avancer ensemble.

 

Je reviens d'abord sur l'expérience du scoop.it comme page d'accueil du CDI numérique... J'ai un très grand nombre de visites, les élèves s'y retrouvent. Il devient un scoop.it "entonnoir" puisqu'il donne accès à de nombreux autres scoop.it.

Ce qui est bizarre, et nouveau pour moi, c'est que je le fais tout le temps bouger, mettant en haut les ressources dont les élèves (enfin les plus nombreux) vont avoir besoin dans la journée, ce qui décalle le reste. Puis je supprime et tout rebouge. L'accès est très facile, du coup certains collègues me demandent de mettre une ressource à disposition pour eux le temps de quelques jours, ressource qui leur est utile pour leur cours.

Donc, les élèves, contrairement à ce que je propose sur l'ENT ont face à eux une interface mouvante, ce qui peut être perturbant. Elle bouge en fonction de l'intérêt du plus grand nombre (ou de l'intérêt pédagogique : par exemple je laisse les "jeux du CDI" en bas parce que je sais qu'ils vont faire l'effort de les trouver).

Et bien apparemment, tout le monde s'y retrouve ! Quand j'interroge les élèves, ça ne semble leur poser aucun problème.

C'est devenu en quelques sorte, et avec toute la modestie nécéssaire à cette analyse, une interface mouvante qui s'adapte aux besoins des élèves ou des professeurs. L'idée est de prévoir ou de prendre en compte ce dont ils vont avoir besoin pour qu'ils y aient accès le plus naturellement possible, sans se poser de questions.

 

Nous tombons là dans un domaine nouveau, qui nous éloigne de la présence numérique du CDI et nous rapproche de L'Architecture de l'information promue en France par Jean Michel Salaün.

Merci aux copines pour les échanges sur le sujet dont toute la suite de ce billet va découler.

 

Si je me réfère à Jean Michel Salaün, je comprends que le document a trois dimensions "sa forme (=VU), son contenu (=LU) et sa fonction de transmission (=SU)". Jean Michel Salaün explique que les plus grosses entreprises du web ont connu leur succès en privilégiant et poussant à son maximum une de ces trois dimensions :

- le VU : Apple accent mis sur le design

- le LU : Google qui nous présente ses résulats sans aucun design

- le SU : Facebook et l'importance mise sur la communauté

 

Au travers de cette lecture, je réalise que, en faisant un deuxième point d'entrée sur les outils et services du CDI, j'ai simplement designé l'accès... Et que ça s'est avéré efficace.

J'ai donc le VU avec mon scoop.it, le LU avec l'ENT (faut-il faire des remaques sur le non-design de l'ENT ???) et voilà donc pourquoi depuis quelques semaines, à l'instar des grands bibliothèques,  j'ai envie d'une page Facebook de CDI ! C'est parce qu'il me manque le SU !

J'ai espoir, en touchant mes élèves et mes collègues par ces trois aspects, de créer un service le plus en adéquation possible avec leurs besoins et leurs modes de fonctionnement.

 

Donc je pense avoir besoin de trois points d'ancrage. C'est une position que je ne partage qu'avec moi-même, mais j'ai espoir en cette idée ;-)

 

Si je reprends le vu/su/lu sur la mise en valeur de la bibliothèque, mes outils ne sont plus redondants :

- PMB prend en charge le LU

- Pinterest prend en charge le VU ou le design

Imaginons une page Pinterest qui présente les séries de manga présentes au CDI : une image par série et en texte la liste de tomes acquis. Sur un plan informatif, presque rien : pas d'auteur, de résumé de cote... Par contre sur un plan visuel : quelle clarté et quel attrait !

Du coup mon étagère PMB de mangas est complémentaire de ma page Pinterest

Il me reste à imaginer le SU qui mettra en valeur ma bibliothèque : un compte Babelio par exemple.

 

Voilà, je crois que le cheminement de pensée est bien en train de se construire, et c'est vraiment très profitable mais aussi très agréable et stimulant de le construire à plusieurs.

Je crois aussi que c'est à la notion d'architecture de l'information en CDI que nous devons réfléchir ; elle est porteuse de nombreuses idées éclairantes.

 

Enfin, il ne faut pas oublier la formation des élèves à cela. Les faire publier sur scoop.it permet d'aborder la question du design avec eux.

Pour le portail culturel, mes élèves choisissent une image différente chaque mois, en lien avec l'actualité du mois, la saison, etc.

Pour le portail sportif les élèves ont décidé de changer leur logo : "I love (mais le "love" représenté par un coeur) sport" en "I love (mais le" love" représenté par un sapin) sport" pour le mois de décembre.

 

Et un travail que je vais reprendre de Marthe au CDI (j'en profite pour la remercier d'avoir posté un commentaire sur ce blog et du coup de m'avoir fait découvrir le sien). En cours d'anglais, les élèves vont répondre à un questionnaire sur eux-mêmes puis entrer tous les mots dans un Wordle ou un Tagxedo pour créer un nuage de mot-clés (en anglais) qui les caractérise. Ils pourront ensuite toujours critiquer le résultat en l'argumentant.

J'espère ainsi travailler et des notions de design et celle de la documentarisation de l'individu.

 

Que de nouvelles perspectives ! Quel avenir !

Par Documentaliste - Publié dans : Mettre des ressources à disposition
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Samedi 17 novembre 2012 6 17 /11 /Nov /2012 17:06

Comment expliquer le fonctionnement du moteur de recherche mieux qu'en le dessinant ? De plus en plus de schémas de prof-docs circulent, et je les stocke dans mon scoop.it

Dire que ça m'a longtemps fait peur ! Ce n'est pas si compliqué que ça finalement...

http://www.scoop.it/t/etudions-google

Ce qui est chouette c'est de demander aux élèves de le dessiner avant et de proposer son propre shéma en correction.

Par Documentaliste - Publié dans : Culture de l'information
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 14 novembre 2012 3 14 /11 /Nov /2012 14:20

Dans notre profession, il y a ceux qui savent : ils savent de quoi l'avenir est fait et donc comment on doit enseigner, donner accès aux ressources, comment et ce qu'on apprendra aux enfants et adolescents dans 10, 20, 30 ans...

Et il y a ceux qui doutent...

Selon moi, nous sommes bien plus nombreux à douter.

 

Parmi ceux qui doutent il y a ceux qui se sont résignés et ceux qui se sont mis à chercher.

Pour ma part, avant de me mettre "en mouvement" j'ai traversé un vraie période de remise en cause avec l'idée d'une reconversion.

Durant cette période un peu floue, je suis tombée sur des blogs de profs (et pas que prof-doc) et j'ai commencé à lire, lire... J'avoue que mon cerveau avait parfois un peu de mal au début à tout comprendre ou à y voir clair...

Alors j'ai ouvert ce blog :

- pour donner à mon tour à ceux qui, comme moi, cherchent

- pour, à travers les différents billets, préciser ma pensée et réfléchir à ce que je fais.

 

Aujourd'hui, je doute encore beaucoup. Je pense même que c'est le doute qui me fait avancer.

 

On est de plus en plus nombreux dans ce mouvement. Nous en avons une nouvelle preuve avec Didacdoc*, blog tout récent et déjà bien grand...

 

La question aujourd'hui pour moi est : comment faire en sorte que ceux se sentent résignés se mettent à avancer aussi ? Comment nous réapproprier notre métier autour des valeurs qui nous ont fait le choisir, et en nous en servant de ce terreau pour établir une vraie adhésion collective  ?

 

Sur ce chemin là, je suis convaincue que la publication et les échanges nous aident à nous mettre ensemble en mouvement.

Si nous nous prenons en main, jusqu'où irons-nous ?

 

* Sur Didacdoc, j'ai un très gros faible le billet Inciter à lire, à écrire et à réfléchir !

Par Documentaliste
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Vendredi 9 novembre 2012 5 09 /11 /Nov /2012 11:49

Toute la réflexion en cours dans la profession sur l'enseignement de la veille est passionnante... Mais je n'y retrouve pas une question qui me tracasse depuis quelques mois. Nos élèves n'ont-ils pas déjà des pratiques que nous nous devons de prendre en compte ?

S'ils n'ont pas de véritable pratique de veille consciente et organisée, ils sont néanmoins dans des ecosystèmes informationnels déterminés (recommandations Facebook, mails des copains, recherche guidée par Google ect.).

Ces ecosystèmes peuvent-ils par certains aspects être considérés comme des systèmes de veille non maîtrisés ?

Ils concernent bien plus le divertissement que l'informationnel mais la limite entre les deux n'est-elle pas de plus en plus floue ?

 

C'est parce que cette question me tracasse que j'ai mis en place mon projet de portail culturel au collège, avec un groupe d'élèves de cinquième.

 

Nous y travaillons une heure par semaine et nous publions une fois par mois sur scoop.it. Les élèves ont à leur disposition un compte diigo qu'ils utilisent aussi à la maison. Nous mettons ce qui semble intéressant : critique de livre, bande annonce de film, présentation d'une chanteuse, d'un blog etc. Chaque ressource doit être résumée et commentée (ce travail d'écriture est fait en amont dans diigo)

Les élèves sont très motivés, tellement qu'ils ont voulu sur le même modèle créer un portail sportif..

Voici une présentation de ce projet sous forme de carte.

 

portail-culturel.jpg

Par Documentaliste - Publié dans : Mettre des ressources à disposition
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Autorisations


Site sous licence Creative Commons
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés