Texte Libre

<a rel="license" href="http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/fr/"><img alt="Creative Commons License" style="border-width:0" src="http://i.creativecommons.org/l/by-nc-sa/2.0/fr/88x31.png" /></a><br /><span xmlns:dc="http://purl.org/dc/elements/1.1/" href="http://purl.org/dc/dcmitype/StillImage" property="dc:title" rel="dc:type">Mes docs de doc</span> by <a xmlns:cc="http://creativecommons.org/ns#" href="cdibrassac@voila.fr" property="cc:attributionName" rel="cc:attributionURL">Mes docs de doc</a> est mis &#224; disposition selon les termes de la <a rel="license" href="http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/fr/">licence Creative Commons Paternit&#233;-Pas d'Utilisation Commerciale-Partage des Conditions Initiales &#224; l'Identique 2.0 France</a>.<br />Bas&#233;(e) sur une oeuvre &#224;<br />Les autorisations au-del&#224; du champ de cette licence peuvent &#234;tre obtenues &#224; <a xmlns:cc="http://creativecommons.org/ns#" href="http://mesdocsdedoc.over-blog.com/" rel="cc:morePermissions">http://mesdocsdedoc.over-blog.com/</a>.

Présentation

Recherche

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Identité Numérique

Samedi 3 mars 6 03 /03 /Mars 12:51

Dans une volonté d'ouvrir le travail sur l'identité numérique, de sortir d'un enseignement trop défensif et de me rapprocher de l'Education aux médias et des notions développées lors des formations à la recherche documentaire, j'ai décidé cette année d'étudier en 3ème comment on peut se construire une identé numérique positive. J'ai pris l'exemple de Yannick Noah.

J'ai donné aux élèves un questionnaire à remplir à la maison. Ils devaient noter sur quel site on trouvait le plus d'informations sur la vie privée du chanteur (wikipedia) et sur quel site on trouvait le plus d'informations d'ordre profesionnel (site officiel). Enfin ils devaient relever des informations gênantes pour Yanick Noah, voir qui les diffusait (les sites de presse) et essayer de voir comment il pouvait les contrer (en créant du "buzz" autour de nouvelles actualités).

Nous avons conscaré une heure de correction à ce travail, durant laquelle nous nous sommes arrêtés sur :

-la démarche de recherche qu'ils ont menée sur Yannick Noah : les élèves confondent encore en 3ème" navigateur" et "moteur de recherche". J'ai sauté sur l'occasion pour parler avec eux de la nouvelle politique de confidentitalité de Google.
- ensuite on a réussi à voir que les deux sources principales (Wikipedia et site offciel) étaient sous contrôle. On a vu aussi que créer une actualité pouvait faire reculer une autre actualité en page deux ou trois d'un moteur de recherche, donc la faire oulbier.
Enfin, on a lu ensemble la définition de l'Idendité Numérique à partie de celle du Clemi de Poitiers. 

Nous l'avons complétée ainsi : 

C’est ce que font toutes les personnalités publiques (artistes, hommes politiques, etc.) en utilisant certaines techniques :

en écrivant eux-mêmes ou faisant rédiger leur propre biographie sur des sites collaboratifs (comme Wikipedia)

en tenant des sites officiels

en créant le « buzz » autour de certaines informations pour faire disparaître les informations négatives en page deux ou trois des moteurs de recherche 

en étant toujours très attentifs aux informations qui circulent sur eux et en réagissant très vite

 

 Puis on a repris la carte de Fred Cavazza sur l'identité numérique et je leur ai demandé de surligner les outils qu'ils connaissaient (ils sont classés en catégorie d'utilisation :  communication / achat / avatar / réputation etc.) Je leur ai demandé de rajouter les outils qui n'étaient pas sur la carte et de leur trouver une place. On s'est rendus compte que Facebook se trouverait dans presque toutes les cases ; on a en donc déduit que c'était ce qui avait fait sa force : l'intégration des différentes fonctionnalités des ouitls du web sur une même interface.

Les élèves doivent apprendre la définiton complète de l'Identité numérique et comprendre le rôle précis de la CNIL (cela a fait l'objet d'une séance précédente). Ils auront une évaluation sur table pour valider des items du socle. Ils vont aussi rencontrer un gendarme pour être informés sur les paramétrages des comptes Facebook.

Par Documentaliste - Publié dans : Identité Numérique
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mercredi 18 janvier 3 18 /01 /Jan 13:45

Voilà cinq ans que je travaille avec les élèves sur la question des traces et de l’identité numérique. Et depuis cinq ans cette question me préoccupe même si je sens l’utilité civique et sociale de mes interventions. Je fais passer des informations, j’ai un rôle d’animatrice voir d’éducatrice. Mais en quoi mon rôle se distingue-t-il de celui des intervenants des sociétés privées dans les établissements scolaires ?

Ai-je vraiment un rôle d’enseignante ? Oui sans doute mais dans ce cas : qu’est-ce que j’enseigne ?

Pour les professeurs des autres disciplines, anciennes et instituées, c’est une question qui ne se pose pas. Mais  pour nous, prof-docs, en charge d’une discipline en construction, elle s’impose.

Alors que j’étais en plein dans la construction de mon projet Identité Numérique de l’année avec les 3èmes (co-construction avec mon collègue de Technologie), que je gardais dans un coin de la tête ma question toujours présente, j’ai lu hier soir l’article publié par André Tricot dans le dernier numéro de Mediadoc.

Et tout s’est éclairé.

Dans cet article, extrêmement riche et instructif, un passage en particulier est venu répondre à mon interrogation du moment. André Tricot explique que l’acte d’enseignement est basé sur des tâches à réaliser. La réalisation de ces tâches amène l’élève à mettre en place des processus d’apprentissage qui permettent l’acquisition de connaissances.
On distingue six types de connaissances classées en deux groupes : les savoirs (connaissances déclaratives) et ce que j’appelle des savoir-faire mais le terme est impropre (connaissances procédurales).
Jusque là, rien de très complexe.

Dans chaque groupe on note une gradation du spécifique au général :

Connaissances déclaratives :
1er degré : savoir mémorisé par cœur
2ème degré : compréhension
3ème degré : concept

Connaissances procédurales :
1er degré : automatisme
2ème degré : savoir-faire (une tâche précise)
3ème degré : méthode transférable à une situation nouvelle

Si « j’intuite » bien le propos, pour réussir un enseignement, il est utile d’être au clair sur les connaissances que l’on veut que les élèves acquièrent et surtout de faire en sorte :
-    de viser des connaissances de natures différentes
-    de faire attention à l’articulation entre ces connaissances


Ayant compris cela (je crois) j’ai eu envie de le tester sur mon activité « Identité numérique ».
Dans ce projet réalisé en cours de Technologie, les élèves de 3ème vont (tâches) :
1.    Réaliser un questionnaire d’enquête sur les pratiques numériques, le soumettre à tous les élèves du collège, le dépouiller et en communiquer les résultats
2.    Etudier le site de la CNIL
3.    Faire des recherches sur une personnalité (Yannick Noah) et comprendre comment on peut se créer une bonne identité numérique (site officiel, Wikipedia, presse…)
4.    Assister à l’intervention d’un gendarme concernant l’utilisation des réseaux sociaux
5.    Créer un diaporama présentant la notion d’Identité numérique et comment la maîtriser


En termes de connaissances, si je reprends l’organisation donnée par André Tricot, voilà où nous en sommes :


Connaissances visées concernant le projet Identité Numérique en 3ème :


Connaissances déclaratives :
1er degré : mémorisation par cœur : définition d’identité numérique à connaître
2ème degré : compréhension : comprendre la définition d’identité numérique, le rôle de la CNIL, que l’intention de publication influe sur l’information publiée, le fonctionnement  de Wikipedia
3ème degré : concept : Identité, information, publication, source, auteur


Connaissances procédurales :
1er degré : automatisme : utiliser un pseudonyme lors d’une publication en ligne (là je ne suis pas sûre de moi, est-ce un automatisme ?)
2ème degré : savoir-faire (une tâche précise) : savoir paramétrer son compte Facebook, surveiller ses traces, se construire une identité numérique positive, retrouver les informations dans un site (utilisation du menu et des hypertextes)
3ème degré : méthode transférable à une situation nouvelle : savoir identifier la source d’une information (auteur, éditeur), percevoir l’intention de publication et utiliser ces éléments pour évaluer la qualité d’une information

Voilà, j’y suis arrivée ! (Même si il y a sans doute des erreurs… Et j’accepte toute critique me permettant de les pointer)

N’empêche, grâce à l’article d’André Tricot, je sais aujourd’hui que j’enseigne quand je travaille sur l’Identité numérique. Alors, très sincèrement, merci !

Son site perso : http://andre.tricot.pagesperso-orange.fr/

Par Documentaliste - Publié dans : Identité Numérique
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Vendredi 17 juin 5 17 /06 /Juin 17:13

 

 

Voici le projet "Identité numérique" sur lequel nous avons travaillé cette année et dont j'ai déjà parlé de façon parcellaire dans certains billets.

C'est un projet en complémentarité cours de technologie / vie scolaire / documentation


Le projet 3ème

  • nous avons demandé à l'ensemble des élèves du collège de répondre à un questionnaire sur leurs pratiques numériques hors temps scolaire
  • les classes de 3ème, en cours de technologie, ont dépouillé le questionnaire et fait des camemberts de présentation des résultats
  • sur une heure de technologie, ils ont fait le parcours "jog the web" dont j'ai parlé dans un billet précédent et, à travers ce parcours, ont découvert la CNIL
  • lors d'une séance d'une heure, nous avons réfléchi ensemble aux résulats de l'enquête et tenté de construire une analyse. Ce travail de reflexion était mené par le collègue de technologie. Puis, je les ai amené à formaliser collectivement une définition de l'expression 'identité numérique". Enfin, la collègue CPE leur a plus précisément parlé de Facebook et leur a distribué un livret qu'elle avait conçu pour leur apprendre à paramétrer leur compte.
  • Pendant plusieurs heures, en cours de technologie, les élèves ont travaillé à la création d'un diaporama sur l'identité numérique, les réseaux sociaux et le droit à respecter lors d'une publication en ligne. Ce travail a abouti à une production collective.

 

Ces séances ont plu aux élèves qui se sont investis dans la création du diaporama, la recherche d'images libres de droit et la composition d'une musique pour l'illustrer. L'évalution sur table faite par le collègue de technologie (sur le fontionnement et le rôle de la CNIL notamment) a donné de bons résulats.

 

Le projet 5ème

 

Le travail d'analyse des pratiques nous a fait comprendre que, pour ce qui était de Facebook, beaucoup de choses se jouaient en classe de 5ème. C'est cette année là que les élèves ouvrent majoritairement un compte et ils y passent beaucoup de temps (plus que les élèves de 4ème). Nous avons donc décidé d'intrevenir aussi auprès d'eux, mais de façon plus légère. Nous les avons pris sur une seule heure d'information qui s'est déroulée ainsi :

  • Nous leur avons imprimé quelques camemberts résultant de l'enquête initiale et leur avons demandé de repondre à 2 questions : en quelle année les élèves ont-il majoritairement un compte Facebook ? En quelle année ont-ils le plus d'amis ?
  • Nous leur avons distribué un tableau à 3 colonnes à remplir :
    • Que peut-on faire avec Facebook ?
    • Qu'est-ce qui peut faire peur avec Facebook ?
    • Quels conseils donner pour utiliser Facebook ne toute sécurité ?

Nous avons mis en commun et corrigé les deux premières colonnes. Cela nous a permis de les faire réfléchir sur leurs usages et de les classer.

  • Ils ont ensuite visionné un extrait du diaporama réalisé par les 3èmes et tenté de remplir la 3ème colonne sur les conseils à suivre.
  • Enfin, nous leur avons distribué un papier à coller dans les carnet de laision et à faire signer par les familles. Les livrets pour apprendre à paramétrer son compte étaient disponibles au CDI pour ceux qui avaient envie d'aller plus loin.

Cette heure a été ponctuée d'achanges verbaux qui ont permis de questionner en  vrac :

- la notion de données personnelles

- les dangers des applications dans Facebook

- la question du financement (publicités)

- la question de l'utilisation d'un pseudonyme pour se protéger

- la question des amis, sur Facebook et dans la vie.

 

 Notre but n'était pas d'aller plus loin ; nous voulions seulement sensibiliser les élèves et ouvrir un questionnement que nous reprendrons plus tard avec eux. Dès la rentrée prochaine, ils devront remplir à nouveau un questionnaire dans une démarche qui aura pour eux plus de sens.

Par ailleurs nous voulions qu'ils aient connaissance de personnes "référentes" en la matière pour savoir à qui parler en cas de problème.

Cette séance a été très bien accueillie par des élèves qui, plus que leurs aînés, étaient ravis de parler de leurs pratiques.

 

Un bémol dans l'enthousiasme avec lequel nous avons mené ce projet : il est extrêment difficile d'évaluer l'impact de ce travail dans les pratiques réelles des élèves... Mais nous espérons éveiller à un questionnement et donner la place à des temps de réflexion sur des pratiques qui ne sont que rarement interrogées par nos élèves.

Par Documentaliste - Publié dans : Identité Numérique
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés